Brisson - Sans titre

Prix

750,00 €

Artiste BRISSON Pierre Marie
Technique Gravure au carborundum
Support / Matériau Papier fait main Moulin de Larroque
Format 76 x 57 cm

"Sans titre"

Gravure au carborundum originale signée et numérotée par l'artiste.

Petit tirage à 30 exemplaires.

Intervention manuelle avec réhauts de peinture. Chaque pièce est différente.

Plus de détails

Disponibilité:

Attention : dernières pièces disponibles !

En savoir plus

Une facture et un certificat d'authenticité vous seront délivrés.

Nous garantissons l'authenticité de nos oeuvres.

LA GRAVURE AU CARBORUNDUM OU LE PROCEDE GOETZ

 

HISTOIRE

Né d’une famille franco-américaine en 1909 le peintre Goetz, pour pallier aux difficultés de la gravure, se lance dans la recherche d’une technique qui n’utilise pas l’eau.

Il met au point en 1967, après 10 ans d’effort, la gravure au carborundum.

 

DEFINITION ET PRINCIPE

Le carborundum (carbure de silicium) est une émanation combinée de silicium et de carbone, qui se trouve cristallisé dans la nature et s’apparente au charbon.

Il se présente sous forme de grains plus ou moins fins et a la particularité de durcir très fortement les matières avec lesquelles il est mélangé.

Le graveur dépose sur le métal ou autre support (plexiglass,) une pâte composée de résine plastique (ou autre) et de carborundum en grains. Une fois séchée, cette matière extrêmement dure présente un relief. Il ne s’agit donc pas d’inciser une plaque. La planche sert ici uniquement de support à la matière ajoutée, laquelle est modelée d’aspérités en creux et en relief. Cette matière a l’avantage de retenir les encres avec une grande variété de nuances et de structures.

A partir de ce support, le procédé d’impression est identique à celui de la taille douce à ceci près :

-        L’encrage peut s’effectuer tant sur les reliefs que dans les creux,

-        La forme donnée à la « matrice » défonce le papier et lui imprime sous l’effet de la presse (jusqu’à 17 tonnes de pression) son négatif ainsi que les couleurs appliquées à la main,

-        Le papier à la cuve plus épais (600 gr) et humidifié au préalable pour l’assouplir, est

 

APPLICATION

Le procédé Goetz utilisé par les peintres prend de l’ampleur dans le monde entier.

Ses variations d’application et ses possibilités techniques sont quasi-infinies. Chaque artiste réinvente et adapte le procédé Goetz ouvert aux expressions les plus diverses.

Miro, Clavé, Papart, Coignard, Hélénon, Brisson, Cottavoz ont notamment appliqué ou travaillent encore avec ce procédé toujours nourri d’innovation.

Naturellement, il est possible de combiner la gravure au carborundum avec toutes les autres techniques de l’estampe.

Oeuvres du même artiste :

Biographie de BRISSON Pierre Marie:

L'artiste peintre français Pierre Marie Brisson naît à Orléans le 11 juin 1955.

Enfant, Pierre Marie Brisson se passionne pour la préhistoire et la peinture. Dès l’âge de 14 ans, il compose ses premiers tableaux.

En 1972, il rencontre le peintre Bernard Saby, qui l'encourage. En 1975 se déroule sa première exposition au Musée Charles Peguy d'Orléans. Il expose ensuite à la Galerie Lucette Herzog en 1978 et s'initie à la gravure dans l'atelier Pasnic à Paris, en 1979.

En 1980 a lieu sa première exposition à New York. A partir de 1981, Pierre-Marie Brisson expose régulièrement en France, en Allemagne, en Suède, au Japon, aux Etats-Unis et au Canada. Son œuvre est présente dans les collections des Musées de New-York, Los Angeles et San Francisco.

De 1981 à 2006 : Expose régulièrement en France, Allemagne, Suède, Japon, Canada et Etats-Unis, où il est reconnu comme un artiste majeur, présent dans de nombreuses collections publiques (Fine Art Muséums, Achenbach Foundation, San Francisco, Museum of Art, Fort Lauderdale, Musée de la Poste, Paris, Bibliothèque Nationale, Paris...) et privées (M. Pier Luigi Loro Piana, Société Générale...)

Vit aujourd'hui entre San Francisco, Paris et Aigues Mortes, à proximité des vignes de Scamandre qu'il a contribué à imposer parmi les grands vins de la vallée du Rhône.

« Toujours fasciné par les fresques et vieux murs accidentés je construis ma toile par une superposition de collages et papiers où vient s’ajouter la couleur et s’inscrire formes humaines, paysages, végétaux et autres.  Je transforme l’ensemble trop présent en créant des accidents, des arrachages, pour obtenir une usure afin que l’ensemble trouve le lien avec notre passé. On retrouve cette même technique pour mes peintures sur papier. »

Pierre-Marie Brisson puise son inspiration dans l'art rupestre et la fresque, dont il s'attache à reproduire les échos oniriques et poétiques.

A travers sa technique, entre grattage et collage, son travail privilégie la matière et la couleur. Ses décors qui tiennent à la fois du théâtre et du cirque, sont bravés par des funambule, des amants, des oiseaux, des alpinistes. Des pans de mémoire nous convient à d'insolites voyages en Camargue, à Pompéi, au Maroc et au Japon.

Les personnages et les visages de Brisson vivent par leurs mouvements et leurs expressions, mais c’est la texture qui les enveloppe qui leur donne une présence esthétique suggérant leur vie intérieure et l’émotion qui les agite. 

Recevez notre Newsletter